Les bons plans ! Univers auto

L’intermodalité : ce qu’il faut savoir

Qu’est-ce que l’intermodalité ?
Avatar
Ecrit par ELISABETH

L’intermodalité est un terme récurrent lorsqu’il s’agit de parler de mobilité, de transports ou encore de déplacements. Mais qu’est-ce que c’est, au juste, l’intermodalité ? Quels en sont les avantages ? Focus sur cette notion au cœur des politiques publiques.

Quelle est la définition de  l’intermodalité ?

L’intermodalité se définit par l’utilisation de plusieurs moyens de transports pour un même trajet. Il s’agit en fait d’un cheminement d’un point A à un point B, à l’aide d’au moins deux types de transports distincts, qu’il s’agisse de train, de vélo, de voiture, de tramway, de bus ou encore d’avion.

L’intermodalité permet de franchir des échelles de mobilité différentes :

  • de l’urbain au régional (trajet bus-train par exemple) ;
  • du régional au mondial (trajet train-avion).

La Direction générale de l’Aviation civile (DGAC) avait enquêté pour chiffrer le trafic intermodal avion et train (le nombre de passagers qui utilisent ces deux modes de transport lors d’un même déplacement). Concernant les aéroports de Paris-Charles-de-Gaulle, Lyon-Saint-Exupéry, Marseille-Provence ainsi que leurs gares respectives, près de 3,7 millions de passagers dits « intermodaux » ont été comptabilisés lors de l’enquête de 2015, dont 3,3 millions pour Paris-Charles-de-Gaulle.

> À lire aussi : Préparer un voyage en avion : à quoi faut-il penser ?

Dans le cas de l’utilisation du train par exemple, l’intermodalité se définit aussi par l’ensemble des moyens qui ont permis au voyageur d’arriver jusqu’à sa gare de départ. Parking longue durée, station de taxis ou encore parking à vélo, de nombreux aménagements sont prévus pour faciliter les déplacements.

> À lire aussi : Parking payant : quels sont les services proposés ?

Quels sont les piliers de l’intermodalité ? 

L’intermodalité est un véritable défi qui consiste à répondre aux besoins de mobilité des populations. Elle se construit autour de trois piliers.

  • Les pôles d’échanges

Il s’agit de la dimension physique de l’intermodalité, du lieu qui va permettre de faciliter le transfert et les correspondances des voyageurs. Il s‘agit par exemple d’un arrêt d’autobus, d’une gare centrale ou encore d’un aéroport. L’aménagement de ces espaces, qui passe notamment par une amélioration de l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite, un meilleur environnement (plus sécurisant et confortable) et une multiplication des services proposés, est l’enjeu majeur d’une intermodalité réussie.

  • L’information voyageur

Qu’elle soit diffusée sur smartphone, dans les pôles d’échange ou sur des écrans dans les transports en commun, l’information multimodale doit être diffusée en temps réel afin que l’usager puisse être vraiment acteur de son trajet. Cette information sur les différents moyens de transports mis à disposition doit être accessible à toutes les étapes du trajet, de sa planification jusqu’à la destination finale.

  • Des tickets de transports combinés

Afin de faciliter l’intermodalité, il est judicieux de penser à un mode de tarification intégrée, le plus pratique étant la mise en place de titres de transports combinés comprenant les différents modes de déplacement sur un seul et même ticket. Avant cela, pouvoir au moins acquérir différents titres de transports à l’aide d’une billetterie ou d’un système unique serait déjà une bonne étape à franchir dans le sens d’une intermodalité efficace.

 

Pourquoi développer l’intermodalité au sein des métropoles ? 

En matière d’aménagement du territoire, de transport et d’environnement, le développement de l’intermodalité est un objectif majeur de l’État. La diversité et la multiplication des offres de transports aux usagers permet en effet de :

  • réduire l’usage unique et individuel de la voiture afin de diminuer les émissions de gaz à effet de serre ;
  • fluidifier les déplacements ;
  • désencombrer les axes principaux et limiter les embouteillages autant que possible ;
  • favoriser les mobilités « douces » (marche, vélo, trottinette) et collectives (transports en commun et covoiturage notamment).

Pour les métropoles, favoriser la mobilité en améliorant le confort et la rapidité des déplacements des usagers permet d’entretenir une certaine attractivité pour leurs territoires, ainsi qu’une bonne dynamique économique.

 

Quels sont les avantages de l’intermodalité pour les usagers ? 

Si l’offre de transports est assez large, diversifiée et efficace, l’intermodalité peut apporter plusieurs bénéfices aux particuliers. En réduisant l’usage quotidien et individuel de la voiture, l’usager perdra moins de temps dans les embouteillages et fera des économies de carburant et d’argent. Néanmoins, beaucoup de progrès restent encore à faire pour que ces bénéfices soient réels. Aujourd’hui, les voyageurs ont encore certaines difficultés à se détacher de leurs trajets en voiture individuelle, perçue comme un moyen de transport plus simple, flexible et confortable, qui leur évite ainsi les temps d’attente lors de correspondances entre deux moyens de transports.

 

Quelle est la différence entre intermodalité et multimodalité ? 

Les deux notions sont intimement liées, mais elles se définissent différemment. La multimodalité désigne parallèlement plusieurs moyens de transports pour aller d’un point A à un point B. Par exemple, pour définir la multimodalité entre deux villes, on parle à la fois d’une ligne de chemin de fer via le TGV et d’une autoroute via l’automobile. Il s’agit, finalement, de considérer en parallèle plusieurs moyens de déplacements, sans les mélanger au cours d’un même trajet. Par extension, la multimodalité désigne aussi le fait que les usagers comparent les modes de transport, en fonction de l’heure et du jour du déplacement par exemple, et qu’ils choisissent le plus adapté à leurs besoins.

L’intermodalité, quant à elle, est en fait une option possible proposée par l’information multimodale. Aussi, l’intermodalité induit la notion de combinaison de plusieurs modes de transports pour un seul et même déplacement, alors que la multimodalité dessine un parallèle des différents moyens de transports pour aller d’un point A à un point B.

 

Quelles sont les applications qui favorisent l’intermodalité ? 

Le numérique joue un rôle majeur dans la démocratisation de l’intermodalité. Grâce à divers sites internet et applications, l’usager peut jouir d’une vue d’ensemble sur les différents moyens de transport qu’il peut associer pour aller jusqu’à sa destination, ainsi que sur les aménagements disponibles pour faciliter son déplacement (parking, garage, etc.). Tout ce qui facilite les déplacements favorise, finalement, l’intermodalité.

En ce qui concerne l’intermodalité longue distance, on peut citer, entre autres, la société Trainline pour les voyages en Europe. Cette société française combine billets de train et de bus afin de proposer plusieurs options de trajets. On trouve aussi Tictactrip, qui se veut « comparateur multimodal qui favorise l’intermodalité ». Il compare et associe bus, train, navette et covoiturage à travers toute l’Europe. Pour ce qui est de l’intermodalité à échelle plus réduite, City Mapper fait partie des leaders et offre plusieurs combinaisons possibles pour un même déplacement : à pied, à vélo ou en transports en commun (bus, tram, métro notamment).  Enfin, les applications qui favorisent les correspondances, à l’image de Onepark, contribuent également à l’intermodalité. Pouvoir se garer sans perte de temps et à moindre coût est primordial pour inciter les usagers à laisser leur voiture en toute sérénité, afin de compléter leur trajet à l’aide d’un autre moyen de transport.

> À lire aussi : Comment stationner son véhicule près d’un aéroport à moindre coût ?

Vous recherchez un parking près d’un aéroport, d’une gare ou en centre-ville ? Réservez votre place de stationnement avec Onepark et faites jusqu’à 60 % d’économie sur plus de 2000 parkings, en France et en Europe.

 

A propos de l'auteur

Avatar

ELISABETH

Laissez un commentaire

L’intermodalité : ce qu’il faut savoir

par ELISABETH temps de lecture : 7 min
0