Les Collabs' Créateurs de contenus Partenaires

Faisons un tour (amoureux) du monde!

Ecrit par ELISABETH

Les amoureux du monde vous embarque dans les souvenirs de leur tour du monde d’un an. Ressentis et conseils par de vrais amoureux du voyage !

  • Les amoureux du monde… Qui êtes-vous ?

Nous sommes Corinne et Stéphane, Coco et Steph pour les intimes ! Passionnés de voyage, on a réalisé notre rêve en partant faire le tour du monde pendant 1 an ! Pour de petites escapades ou de longs voyages, nous avons créé notre blog. Nous y  partageons nos découvertes, nos coups de cœurs et tous nos conseils pour que chacun puisse réaliser le voyage de ses rêves. 😉

  • Pour vous le voyage est synonyme de ?

Liberté ! Mais aussi de découverte, de rencontres, de partage et d’ouverture sur le monde. Au-delà de la découverte de paysages magnifiques, voyager est aussi l’occasion d’apprendre à mieux connaître l’Homme dans son humanité profonde et ainsi mieux le comprendre. Découvrir d’autres cultures que celle qui nous a construit, c’est remettre en question notre manière de voir le monde et accepter le fait qu’il y ait d’autres vérités.

  • Vous avez fait un tour du monde, quels pays avez-vous visité sur combien de mois ?

Nous avons visité 15 pays en 1 an. Nous sommes restés en moyenne 3 semaines par pays, hormis la Nouvelle-Zélande (1 mois) et l’Australie (2 mois).

Voici, dans l’ordre, les 15 pays que nous avons visité pendant notre tour du monde d’1 an : Etats-Unis – Canada – Birmanie – Thaïlande – Laos – Cambodge – Vietnam – Nouvelle-Zélande – Australie – Nouvelle-Calédonie – Polynésie française – Ile de Pâques – Chili – Bolivie – Pérou

île pâques

  • Comment se sont passés vos préparatifs ?

Une fois l’idée du projet tour du monde bien ancrée dans nos têtes, les préparatifs ont alors commencé. Il a fallu aller à la pêche aux infos, réfléchir à comment gérer ce départ, comment organiser cette année et penser aussi au retour et à la vie qu’on retrouverait en France. En tout, on aura passé un peu plus d’1 an à tout préparer (consacrant la majorité de nos soirées et de nos week-ends à ce projet). 

  • Comment avez-vous décidé de votre itinéraire ?

Concernant l’itinéraire de notre tour du monde, le plus dur n’a pas été de choisir les pays car nous étions dans l’ensemble d’accord. Il nous a cependant fallu faire quelques concessions car en 1 an, il est impossible de tout voir si l’on veut profiter un minimum de chaque pays. C’est donc le cœur lourd que nous avons dû remettre à plus tard certains pays comme la Namibie, l’Indonésie ou encore le Japon et l’Argentine.

  • Quels sont vos conseils ?

Tout quitter pour partir sur les routes du monde pendant 1 an, ça se prépare un minimum. Alors bien sûr, il y en aura toujours pour témoigner du contraire et certains diront qu’ils sont partis (presque) du jour au lendemain. En réalité, plusieurs paramètres sont à prendre en compte : le travail, le logement et bien sûr le budget. Sans oublier l’équipement (trimballer sa maison sur le dos pendant 1 an demande quelques concessions surtout pour les femmes coquettes !) Mais aussi les questions liées à la santé. Car en dehors de l’Union européenne, vous n’êtes plus assurés et les petits bobos quotidiens soignés gratuitement en France peuvent vite faire exploser votre budget à l’étranger. 

polynésie

  • Quels sont les paramètres que l’on ne peut pas maîtriser lors d’un TDM ?

La météo et la santé sont les paramètres les plus variables et que l’on peut difficilement contrôler.

Nous avons bien sûr fait en sorte d’organiser les pays dans un sens logique (d’est en ouest ou vice-versa afin d’éviter les allers-retours) mais aussi en prenant en compte la météo pour éviter d’arriver en période de mousson, de cyclones ou autres désagréments météorologiques qui auraient pu gâcher notre séjour. Dans l’ensemble, nous n’avons pas eu de gros souci hormis sur l’île de Phu Quoc au Vietnam où nous sommes restés bloqués quelques jours à cause d’une tempête tropicale venant de Thaïlande.

Un problème de santé peut aussi contrarier vos plans. Mais de ce côté-là, nous avons eu de la chance. Il y a bien eu une grosse intoxication alimentaire en Asie qui m’a mise KO 2 jours, nous obligeant à rester sur place plus longtemps que prévu, mais rien de bien méchant.

Et puis finalement il y a un dernier paramètre qu’on ne peut absolument pas maîtriser : l’émotion ! Les rencontres que l’on fait et le ressenti que l’on a de certains endroits entraînent parfois des changements de plans. Il nous est arrivé de zapper une étape prévue juste parce que nous n’en n’avions plus envie ou qu’on ne s’y sentait pas bien. Ou au contraire, de s’attarder sur des lieux recommandés par d‘autres voyageurs mais qui n’étaient pas prévus initialement.

  • Quel est votre meilleur souvenir ?

Difficile voire impossible de n’en retenir qu’un !

Que ce soient les paysages grandioses de l’ouest américain, les sourires inoubliables du peuple birman, cette sensation enivrante de liberté au volant de notre van sur les routes de Nouvelle-Zélande et d’Australie. Ou encore ce jour où l’on a cru rêver en voyant autour de nous des centaines de dauphins ! Ces kilomètres avalés chaque jour avec toujours la même soif de découverte. Et cette nuit passée sous les étoiles en plein milieu du désert de l’outback australien… 
Viennent ensuite les images d’un caillou sacré perdu au milieu du Pacifique où l’on a pu découvrir un peuple kanak accueillant et des paysages splendides.  
Et puis impossible d’oublier les plages paradisiaques de Polynésie. Là, où sous la force du mana, nous nous sommes mariés sur une plage de Bora Bora, au 10ème mois de ce voyage !
Enfin, dans ce tourbillon de souvenirs, l’île de Pâques, lieu mystique du bout du monde dont on a tenté de percer le mystère sans vraiment y parvenir.  

Finalement, on pourrait dire que notre meilleur souvenir fut ce sentiment de VIVRE intensément durant 1 an !

australie

  • Votre plus belle rencontre ?

Là encore, il n’y a pas UNE mais DES rencontres sans qui ce voyage n’aurait sans doute pas eu la même saveur. Il y a eu tous ces voyageurs au long cours qui, comme nous, ont décidé un jour de prendre le large pour quelques mois, quelques années voire pour la vie. Peu importe l’identité, l’âge ou la provenance car l’important c’est l’échange et ces courts instants de vie que tu partages avec un inconnu au milieu de nulle part aux quatre coins du monde. Parce qu’entre voyageurs, peu importe le pays d’origine, tu parles le même langage.

Et puis il y a eu toutes nos rencontres avec les locaux. Ce chauffeur de bus à Montréal prêt à me donner ses gants parce que j’avais froid, cette mamie birmane dont je n’oublierai jamais le sourire, les polynésiens et polynésiennes qui nous ont accueilli dans leur culture et dans leurs cœurs. Et tant d’autres rencontres, souvent furtives mais qui laissent pourtant une trace indélébile au fond du cœur.

Et puis il y a les rencontres qui vous surprennent et vous font briller les yeux : des centaines de dauphins autour de vous, l’apparition d’une queue de baleine, un câlin unique avec un koala, un selfie avec un kangourou curieux…

koala australien

  • Votre plat coup de cœur ?

Entre la poutine et la queue de castor, force est de constater que culinairement parlant (mais pas seulement) le Canada l’emporte ! Ceci dit, la salade tahitienne reste un coup de cœur et pour quelqu’un qui détestait le poisson ce n’était pas gagné !

  • Comment avez-vous vécu la pandémie ? Vous êtes-vous rabattus sur la France ?

Quand le voyage représente une véritable passion, autant dire que nous avons plutôt mal vécu les restrictions liées à la pandémie. Mais par la force des choses, cela nous a poussé à découvrir davantage notre pays. La France regorge de lieux magnifiques à découvrir mais il est vrai qu’on a tendance à vouloir partir toujours plus loin. Finalement, lors de notre tour du monde, nous avons souvent comparé des lieux à des endroits en France. Le Colorado provençal et ses airs de Grand Canyon aux Etats-Unis, Les Gorges du Verdon sublimées par la couleur turquoise de sa rivière qui porte son nom n’est pas sans rappeler le lac Pukaki en Nouvelle-Zélande. Ou encore les falaises d’Etretat qui nous font penser au site des 12 Apôtres dans le parc national de Port Campbell, le long de la route Great Ocean Road en Australie.

Nouvelle Zélande

  • Qu’avez-vous envie de transmettre à vos lecteurs et followers à chacun de vos posts, à chacun de vos articles ?

L’envie de découvrir le monde ! L’envie de quitter son quotidien, de sortir de sa zone de confort, l’envie d’aller à la rencontre des autres, de découvrir de nouvelles cultures, de vibrer, bref, l’envie de voyager.

En partageant nos découvertes et nos impressions sur notre blog et nos réseaux sociaux, notre ambition est de tenter, à notre échelle, de faire changer les mentalités. Parce que voyager, c’est aller à la rencontre des autres. Parce que dans un quotidien pas toujours très rose, nous avons envie de montrer que le monde peut être beau et que l’humanité existe encore…pourvu qu’on la cherche !

birmanie

  • Un dernier mot ?

« Rester c’est exister mais voyager c’est vivre » alors faites vos valises et partez vivre !

Le blog Les amoureux du monde

Instagram

A propos de l'auteur

ELISABETH

Laissez un commentaire

Faisons un tour (amoureux) du monde!

par ELISABETH temps de lecture : 9 min
0